2015 dans le rétroviseur… Et si on testait 2016 ?

Bye bye 2015

Ah, oups, mon dernier article date du 10 décembre ! Décidément, difficile de trouver un bon rythme ces derniers temps. Les fins d’années étant toujours bien chargées et accompagnées de leurs lots de stress. Mais 2016 sera une année différente. Je le sens 🙂

Avant de tourner cette page, j’ai pris le temps de faire une introspection et me rendre compte ainsi du parcours effectué en seulement une année. On aimerait toujours en faire plus, on aimerait toujours que les choses se fassent plus vite, que les résultats soient là, que notre entourage adhère… Mais au fond, est-ce cela l’important ? L’important est d’être en mouvement, d’être au cœur du changement que l’on veut voir et cela implique d’accepter que les choses se fassent à leur rythme.

Sois le changement que tu veux voir dans le monde. – Gandhi

Si 2013 a été l’année de la prise de conscience, 2015 a clairement été une année d’accélération dans notre démarche pour une vie plus simple et plus saine. En partie grâce à ce blog d’ailleurs car il m’a fait découvrir une communauté de personnes allant dans la même direction, passant par des difficultés similaires, et cela aide à ne pas se sentir seuls et à ne pas baisser les bras. J’ai souvent entendu des personnes dire que ce n’était pas un petit geste dans son coin qui allait faire bouger les choses. Ces personnes-là ne voient pas ce qu’il se passe autour d’elles. Ce que je vois, moi, ce sont des milliers, des millions de gestes au quotidien et des choses qui bougent, des médias qui parlent de plus en plus d’actions menées par des individus dans leurs coins justement tout comme par des entreprises à plus grande échelle. Bref, écrire ce blog a été un vrai booster cette année et je suis plus déterminée que jamais à partager mes expériences, conseils et frustrations et à célébrer avec vous chaque victoire 😉

En parlant de victoires, j’ai préparé une compilation de ce que nous avons changé cette année dans nos habitudes de consommation et notre manière de vivre (de quoi trinquer ce soir à toutes ces belles réussites !) :  Lire la suite

Et si on testait un baume maison pour les cheveux ?

Il y a quelques mois je me suis lancée dans la cosmétique maison, pour utiliser un déodorant naturel et efficace.

La recette a été très simple à réaliser et je suis ravie de l’efficacité de mon déodorant maison. D’ailleurs j’en offre maintenant à toutes mes amies 🙂

Forte de ce succès je me suis mise à la recherche d’un soin pour les cheveux à faire à la maison.
J’ai d’abord testé des recettes avec des aliments : œuf, avocat, citron, etc.

Honnêtement je n’ai pas été emballée. Il n’y a pas eu de véritable effet sur mes cheveux et certains ingrédients ne sont pas faciles à enlever comme l’œuf par exemple !

Alors j’ai cherché une recette pour cheveux plus « cosmétique ». J’ai sélectionné un avant shampoing à base d’huile de coco que j’utilisais déjà dans mon déodorant.

La recette du baume cheveux avant shampoing  :

  • 20 ml ou 18,4 g de macérât huileux Monoï Bio (2,50€)
  • 25 ml ou 23 g d’huile végétale de coco Bio (1,20€)
  • 5 ml ou 5 g de cire Cera bellina (0,30€)
  • 34 gouttes de fragrance cosmétique naturelle cocosun (facultatif) (0,70€)

Baume-cheveux-etape-1

 

1. Faites chauffer au bain marie l’ensemble des ingrédientsBaume-cheveux-etape-2

 

2. Lorsque la cera bellina est totalement fondue retirer du feu

Baume-cheveux-etape-3

3. Plongez votre bol dans un bain d’eau froide puis mélanger jusqu’au refroidissement total de la préparation. Le mélange s’épaissit.Baume-cheveux-etape-4

4. Transférer la préparation dans votre pot.

Conseil : j’ai acheté l’ensemble des ingrédients sur Aroma zone et le macérât huileux de monoï est vendu dans des petites fioles. Mais à température ambiante il est solide. Il faut donc prévoir un bain marie pour le liquéfier avant de démarrer la recette.

Cela fait maintenant un mois que j’utilise ce soin sur mes cheveux et je l’aime beaucoup.

Il sent très bon grâce au parfum coco, et il est agréable à appliquer. Il suffit de prendre une noix de baume, de la chauffer un peu entre ses mains et de l’appliquer sur les longueurs et pointes.

Je le laisse poser une fois par semaine pendant une heure avant de faire mon shampoing doux. Il est inutile d’utiliser ensuite un démêlant ou après-shampoing, puisque les cheveux ont été bien nourris avant le shampoing.

Une fois secs, les cheveux sont très doux, agréables à coiffer et je sens que mes pointes vont mieux.

Il faut dire que j’utilise le fer à lisser quasi quotidiennement et que mes cheveux fins sont un peu malmenés, un vrai soin nourrissant qui apporte une véritable action. Sans pour autant alourdir mes cheveux fins.

A vos tabliers !

Emilie.

Et si on testait la poudre minérale fond de teint UNE natural beauty ?

Je suis de retour avec un essai maquillage : un fond de teint poudre minérale de la marque UNE natural beauty (Ref. M05). Car je suis toujours à la recherche de produits qualitatifs (avec le moins de résidu pétrochimique possible) mais qui soient agréables à utiliser et qui donnent un beau maquillage naturel.

Emballage du fond de teint UNE Natural Beauty

J’aime bien la présentation de la poudre dans un boitier coulissant, ça change et c’est plutôt pratique. Toutefois, il n’y a pas de miroir intégré. Il faut donc pour l’utiliser avoir à disposition un miroir, difficile de le glisser dans son sac à main pour d’éventuelles retouches dans la journée.

Le boitier est rechargeable ce qui est écologique et économique !

Sauf qu’il est impossible de se procurer une recharge, même sur le site UNE ils ne le proposent pas.

Texture de cette poudre minérale

Sur la présentation on peut lire : « Enrichi en poudre de bambou il est particulièrement adapté aux peaux mixtes à grasses et absorbe jusqu’à deux fois son poids en sébum.

Jusqu’à 6 teintes sont disponibles pour s’adapter parfaitement à votre carnation. Ce fond de teint UNE vous assure un teint parfaitement matifié, lumineux et qui respire, sans retouche tout au long de la journée.»

Fond Teint Une Natural Beauty poudres minéralesCe que j’en ai pensé après utilisation :

La texture me donne l’impression d’être un peu humide pas complètement sèche, je trouve donc qu’elle est moins facile à appliquer qu’une poudre compacte. Il faut bien l’étaler avec le pinceau.

Et je trouve la couvrance moins efficace que celle de la poudre compacte Natur Origin par exemple.

Une fois sur la peau, celle-ci reste agréable au toucher, on ne sent pas de résidu désagréable.

Liste des ingrédients INCI

Une poudre fond de teint Bio avec 13% du total des ingrédients bio et 100% d’ingrédients d’origine naturelle.

ZEA MAYS (CORN) STARCH* (amidon de maïs), OCTYLDODECYL STEAROYL STEARATE (émollient assouplit et adoucit la peau, agent de contrôle de la viscosité), ZINC STEARATE (additif), OCTYLDODECANOL (émollient), SILICA (exfoliant, absorbant, opacifiant), GLYCERYL CAPRYLATE (émollient, agent émulsifiant), p-ANISIC ACID (agent masquant ou réduisant les odeurs), BAMBUSA ARUNDINACEA STEM POWDER (poudre de tige de bambou, agent abrasif), SESAMUM INDICUM (SESAME) SEED OIL* (huile de graine de sésame, émollient, agent masquant), PARFUM (FRAGRANCE), TOCOPHEROL (antioxydant), GLYCINE SOJA (SOYBEAN) OIL (huile de soja, émollient, hydratant).

La liste des ingrédients, ne révèle aucun produit controversé par les scientifiques. Toutefois je m’interroge sur le p-ANISIC ACID, qui sur la liste des ingrédients de l’observatoire des cosmétiques est noté comme d’origine synthétique ?

Ce fond de teint est labélisé ECOCERT ce qui garantit que le produit a respecté les règles de la production biologique tout au long de sa chaîne de fabrication : production des ingrédients végétaux, transformation, emballage, transport, etc.

Prix

Le prix est raisonnable 24,50€ / 7,5g.

Le prix de la recharge est inconnu, puisque je n’ai pas réussi à en trouver … dommage.

Conclusion

Ce fond de teint poudre minérale est composé d’ingrédients qualitatifs et sans résidu pétrochimique, ce que j’apprécie particulièrement.

Maintenant question utilisation et rendu, je ne suis pas 100% satisfaite puisque je trouve la couvrance insuffisante et que je n’apprécie pas trop sa texture d’application.

Personnellement lorsque je l’aurai terminé, je reprendrai plutôt la poudre compacte de Natur Origin.

A très bientôt pour un autre test.

Emilie.

Et si on testait les paniers bios ?

Après avoir essayé et validé la cueillette de fruits et légumes, j’ai voulu tester la commande de paniers bios d’un producteur local. Hé oui, on n’a pas toujours le temps d’aller cueillir. Là, en quelques clics, j’ai pu passer mes commandes directement auprès du maraîcher choisi. En l’occurrence Les Plaisirs du Jardin (http://www.panierbiocergy.com) situé à Cergy (95). Aucun intermédiaire donc 🙂

Présentation

Sur le site, une page est consacrée à la présentation de l’exploitation. Hyper complète, allant jusqu’à détailler combien de personnes y travaillent et de quelle manière tout est récolté, j’ai tout de suite été séduite.

Extraits :

Quand vous nous achetez un panier, vous faîtes plus qu’acheter des légumes bio, de saison et locaux. Vous contribuez également à la pérennité d’une ferme biologique, à dimension humaine, soucieuse de respecter un environnement préservé à 28 km de Paris.

Nous laissons naturellement certains insectes et gastéropodes (limaces, escargots (qui mangent les œufs des limaces)) « gambader » dans nos légumes. Leur population est nettement limitée par la présence de nos amis insectes auxiliaires (coccinelles, carabes,…), oiseaux et petits mammifères, en nombre suffisant pour bien s’alimenter. Des équilibres écologiques se créent et évitent ainsi l’arrivée de prédateurs bien plus dangereux : le terrain étant déjà occupé !

Nous n’accordons aucune importance aux calibres (dans une population, il existe naturellement des minces, des gros, des petits et des grands… et alors ? c’est cela aussi, la diversité).

Nous sommes de vrais petits producteurs. Nous n’épuisons pas les sols, nous ne mettons pas de produits chimiques, nous n’utilisons pas de serres chauffées, … nous ne fournissons pas “toujours plus”,… nous vous donnons ce que la nature peut fournir.

Pour lire le reste de la description, je vous invite à aller sur leur page.

Vous comprenez maintenant pourquoi je n’ai pas hésité !

La commande

Lire la suite

Et si on testait une recette de déodorant maison ?

Me voici de retour sur le sujet du déodorant, en effet après avoir testé quelques produits je n’étais toujours pas satisfaite.

Deodorant CoslysJ’ai donc poursuivi ma recherche en essayant le déodorant rechargeable COSLYS fraîcheur vitaminée. A l’intérieur du flacon 98,8% d’ingrédients naturels et 20% du total des ingrédients bio (*) :

Eau florale de reine des près*, poudre de riz, aloe vera*, argile blanche, parfum 100% d’origine naturelle, huiles essentielles d’orange et de citron*, actifs dermopurifiants.

Sauf que voilà efficacité 0 ! Pour faire simple, c’est comme si je ne mettais rien sous mes aisselles !

J’avais lu dans un magazine féminin qu’on pouvait utiliser du bicarbonate comme déodorant car il empêche les bactéries responsables des mauvaises odeurs, de se développer. Alors j’en appliquais en plus de mon déo COSLYS tous les matins. Plutôt efficace, mais ce n’était pas franchement pratique.

C’est alors que j’ai reçu un commentaire de Willeman sur mon article concernant les déo. Elle me donnait tout simplement la recette d’un déodorant maison qu’elle trouvait très efficace.
A mon tour j’ai téléchargé la recette. Ca avait l’air plutôt simple. Cette recette contient 5 ingrédients naturels et surtout ne contient pas de sel d’aluminium, ni d’alcool, ni d’autre substance pétrochimique ! Je fonce !

Les ingrédients pour un pot ou stick de 100 ml de déodorant :

Lire la suite

Et si on testait les petits pots Babybio ?

Cette semaine je suis de retour avec un test sur les aliments pour bébé et plus particulièrement les petits pots Babybio.

Ces petits pots sont assez faciles à se procurer, on les trouve dans les supermarchés, les magasins bio et sur des sites marchands. Trouvez le plus proche de chez vous en cliquant ici.

Babybio BoudoirsJ’ai commencé à tester leurs boudoirs quand mon bébé avait 8 mois.

A l’époque, je les avais choisis parce que la liste des ingrédients m’a paru plus saine par rapport aux autres boudoirs pour bébé disponibles en rayon.

En effet, l’ingrédient principal contrairement aux autres marques n’était pas le sucre mais la farine. Et au lieu d’utiliser du sucre blanc, leur recette utilise du sucre de canne (qui contrairement au sucre blanc, conserve toutes ses qualités nutritionnelles: riche en vitamine B et en minéraux). Et pour ne rien gâcher, ils sont parfumés à l’huile essentielle d’orange douce, c’est juste très bon. Autant dire que qualitativement Maman est contente et gustativement bébé aussi. Mon fils les adore !

Forte de cette première bonne impression, j’ai aussi testé les petits pots Babybio version plat pour le midi, fruits pour le goûter et purée de légumes pour le dîner.

J’ai bien aimé leur façon de mettre en avant les producteurs de légumes, fruits et viande. On peut ainsi proposer à bébé des produits régionaux français par exemple : canard fermier du Poitou, panais du Val de Loire, pomme d’aquitaine, etc. Petit bémol, certains ingrédients sont importés. Mais on peut souligner la transparence de Babybio qui annonce dans sa liste d’ingrédients l’origine de chaque produit.

On retrouve toujours des ingrédients naturels issus de l’agriculture biologique, sans sucre ajouté, sans lait, sans épaississant, sans sel ajouté. Si on prend l’exemple du petit pot « Pomme d’Aquitaine Myrtille », les ingrédients sont 100% fruits issus de l’agriculture biologique et avec le détail 80% pomme / 20% myrtille.

CE que nous en avons pensé de babybio avec bébé :

Lire la suite

Et si on testait la crème solaire Bioregena ?

Comme beaucoup d’entre vous, je prépare mes vacances en famille. Fin août direction la plage !
Je me suis intéressée à un indispensable dans ma valise : la crème solaire.

Si vous nous suivez depuis quelques temps vous l’aurez compris il n’est plus question pour moi de me rendre à la pharmacie pour acheter la crème que le pharmacien va me proposer.

J’ai donc commencé à potasser mon sujet, et j’ai découvert qu’il existe deux types de protections solaires : les filtres chimiques et les filtres minéraux.

Quelle différence entre ces crèmes solaires ?

La différence entre les deux outre leur origine, vient de leur mode de protection contre les UVA et UVB.

  • Les filtres chimiques pénètrent dans la peau et réagissent avec elle face aux rayons du soleil en absorbant et transformant ces rayons en chaleur pour les neutraliser. Cette absorption n’est pas sans conséquence puisque  l’on observe des risques de réactions cutanées ou encore des modifications de l’équilibre hormonal chez l’Homme.
  • Les filtres minéraux qui réfléchissent les rayons du soleil, créant une véritable barrière protectrice en empêchant les rayons du soleil de pénétrer la peau.

Partant de là, c’est sans surprise que j’ai choisi une crème solaire avec filtre minéral.

J’ai consulté mon guide des Meilleurs Cosmétiques 2015-2016 et j’ai choisi la Crème solaire Bioregena classée N°2 (j’ai éliminé d’office la n°1 d’Etat Pur car une amie l’avait achetée puis rapportée car elle était trop pâteuse et extrêmement difficile à étaler).

J’avoue que cela n’a pas été simple de se la procurer, aucun magasin à proximité de chez moi ne la vendait et j’ai donc passé une commande sur internet, je n’ai pas pu éviter les frais de port :-(.

Ce que j’ai pensé de la crème solaire Bioregena :

Les + :

  • Protection 100% naturelle contre les UVA et UVB à base d’oxyde de zinc et de dioxyde de titane (origine minérale)
  • Texture un peu épaisse mais qui reste agréable à étaler
  • Laisse la peau confortable, pas de sensation collante

Les - :

  • Le prix 28,90€ / 100 ml
  • Manque de clarté sur l’étiquetage, où j’ai repéré la mention [nano] correspondant aux nanoparticules. Le fabriquant garanti toutefois qu’il n’y a pas de nano dans le produit fini.

Creme solaire plageNous l’avons testé avec mon fils et n’avons pas eu de coup de soleil :-)

Il faut dire que je fais très attention avec lui, « tartinage » de crème solaire en règle, nous évitons les heures les plus chaudes (11h-16h), nous avons des chapeaux et lunettes de soleil et il a une combinaison anti-UV (beaucoup plus efficace que la crème solaire mais qui laisse quand même un peu de peau exposée, la crème solaire reste donc indispensable).

Bon à savoir pour une exposition au soleil :

  • Eviter de vous exposer entre 11h et 16h où le soleil est le plus violent
  • Renouveler la crème solaire toutes les 2 h ou après la baignade même si elle est résistante à l’eau
  • Respecter les dates de péremption sur les flacons
  • Tenez compte du délai d’action des filtres après application : immédiat pour un filtre minéral, 20 min pour un filtre chimique
  • Pour les enfants mieux vaut les équiper avec des T-shirts ou combinaisons anti-UV beaucoup plus efficace contre les UV.

A très bientôt pour un autre test !

Emilie.

Site de vente crème solaire Bioregena

Et si on testait un savon Maud Siegel

En ce moment, j’ai une obsession : trouver un savon qui fasse aussi shampoing, avec idéalement une composition simple, qualitative et sans huile de palme (même issue du développement durable).

Pourquoi cette obsession ? Parce que je me dis qu’avoir un seul produit pour tout le corps serait plus pratique au quotidien et en déplacement, cela permettrait de ne payer que de la matière active au lieu de payer une grande partie d’eau (et au passage d’économiser l’eau de la planète) et puis surtout cela générerait beaucoup moins de déchets et donc en amont de production d’emballages en plastique. C’est ce que fait Béa Johnson dont je vous ai parlé ici.

Dans mes recherches, je suis tombée sur des shampoings solides comme la Fleur de shampoing de Douce Nature. Mais après une lecture attentive de la composition, je l’ai trouvée bien compliquée pour un shampoing solide (qui ne fait pas savon d’ailleurs) et surtout pleine de tensio-actifs moyennement irritants donc pas suffisamment satisfaisante à mon goût.

D’ailleurs, le site Consoglobe met bien en garde :

Précaution Le Sodium Lauryl Sulfate (présent dans toute la gamme) peut être potentiellement allergène et peut dessécher et irriter la peau. Les produits contiennent quelques huiles essentielles.

Bref, je suis retournée à mes recherches et j’ai trouvé plusieurs alternatives correspondantes à mon cahier des charges, dont un savon multi-usage Maud Siegel (4,60€ sur internet).
Admirez ce joli packaging 😉 J’adore ! Lire la suite

Et si on testait la poudre compacte NATorigin ?

Ma poudre compacte Nude de Dior terminée, il n’était pas question pour moi d’en racheter une. En effet, j’ai repéré dans la liste INCI, de nombreux ingrédients synthétiques. Et certains ont retenus mon attention car ils font débat auprès de la communauté scientifique : acrylates (agents gonflants), phénoxyéthanol (conservateur très allergisant) et du BHT (antioxydant de synthèse hautement allergène).

Je suis donc partie à la recherche d’une poudre compacte naturelle de qualité. Et j’ai profité d’un séjour à Toulouse pour faire mon shopping ! Direction la Parapharmacie Lafayette où un large choix s’offrait à moi. (Cette parapharmacie est immense et ressemble plus à un supermarché de produits vendus en pharmacie sans ordonnance).

J’ai opté pour la poudre compacte NATorigin couleur 5 BIO beige.  Pourquoi ?

1. Elle avait une gamme de couleur plutôt claire qui s’adaptait mieux à mon teint.
2. Elle était au rayon des produits naturels et bio et affiche une composition 100% naturelle
3. Le prix 14,90€

Lire la suite

Et si on testait du shampoing au lait d’ânesse ?

Il y a quelques mois, je suis partie à la recherche d’un savon doux. De fil en aiguille, je me suis retrouvée en caisse avec 2 savons et un shampoing bios au lait d’ânesse du Laboratoire Paysane.

Aujourd’hui, c’est du shampoing dont je voudrais vous parler.

Shampoing lait d'ânesse Laboratoire Paysane

Ce qui m’a tout de suite séduite, c’est la quantité limitée d’ingrédients (7) et, à priori, doux pour le cuir chevelu.

Mais le sont-ils vraiment ? Regardons de plus près… Lire la suite

Et si on testait les déodorants ?

La canicule de ces derniers jours m’a incitée à bousculer mon planning de billets et vous parler déodorants.

A la recherche du déo parfait, je me suis renseignée sur le sujet et ai vite compris qu’il fallait éviter les sels d’aluminium car ils sont cancérigènes et surtout qu’il ne fallait pas les utiliser sur une peau irritée. Grosso modo à ne surtout pas utiliser après le rasage. C’est même carrément écrit texto en tout petit sur certaines étiquettes !

Je me suis promenée dans les rayons du supermarché histoire de voir les déodorants qu’ils proposent et j’ai commencé à lire les étiquettes. Pas de grosse surprise, la plupart des déodorants contiennent des sels d’aluminium.

Mais alors quels sont les bons déodorants ?

Déjà il faut distinguer deux types de déodorants, les anti-transpirant et les déodorants.

La différence est assez simple.

Le premier  stoppe la transpiration mais du coup il contient à coups sur des sels d’aluminium et il bloque les pores de la peau (il agit comme un bouchon ce qui n’est pas bon pour la peau non plus). Donc à éviter !

Le second du coup laisse respirer la peau (et donc transpirer) mais peu contenir de l’alcool qui est irritant 🙁 Lire la suite

Et si on testait un gel douche bio Yves Rocher ?

Il y a quelques mois, j’ai voulu tester un gel douche bio de chez Yves Rocher. Intriguée par cette nouvelle gamme, j’ai profité d’une offre promotionnelle à -50% pour tester à prix raisonnable.

A la base, je dois vous avouer que je ne suis pas fan de la marque. Je n’ai jamais aimé leurs textures ou parfums. Et puis surtout, derrière tous leurs visuels « nature par-ci » et « nature plus nature que nature par là » je savais qu’il y avait surtout beaucoup de marketing. Yves Rocher est quand même connu pour être le plus gros Greenwasher du marché.

Ah tiens, c’est quoi le greenwashing ?

Le green washing, ou en français l’éco blanchiment, consiste pour une entreprise à orienter ses actions marketing et sa communication vers un positionnement écologique. C’est le fait souvent, de grandes multinationales qui de par leurs activités polluent excessivement la nature et l’environnement. Alors pour redorer leur image de marque, ces entreprises dépensent dans la communication pour « blanchir » leur image, c’est pourquoi on parle de green washing.
Définition du Greenwashing de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie)

Mmmhh. Tout ce qu’on aime en marketing (et c’est une marketeuse qui vous parle !).

Bref, j’ai testé le gel Miel de Douche Nourrissant.

Gel douche bio Yves Rocher

Sur l’emballage, il affiche fièrement plus de 99% d’ingrédients d’origine naturelle et le fameux 0% parabène qui fait tant rêver. Ses actifs star : le miel et muesli bio.

Sur le site, la promesse :

Réveillez-vous en douceur et protégez votre peau du dessèchement avec ce miel de douche parfum gourmand. La peau retrouve tout son confort.
Cette formule contient plus de 99% d’ingrédients d’origine naturelle. Sans parabène.

Son + : sa texture miellée et son parfum gourmand.

Actif végétal : Muesli et Miel

Nos chercheurs en Cosmétique Végétale® ont associé le Muesli, issu de l’Agriculture Biologique, au Miel, pour leurs propriétés nutritives optimales.

Ok ok. Regardons maintenant de plus près sa composition (directement sur l’emballage car non, vous ne trouverez rien sur le site de la marque. Mais pourquoi ??? ) : Lire la suite

Et si on testait l’afterwork Bio Addict ?

Un post rapide pour vous parler d’un RDV bio qui a lieu en ce moment tous les mois à Paris : l’afterwork Bio Addict.

Organisé par le site Bio addict, cet événement s’annonçait être fort sympathique. Le 23 avril dernier, j’ai donc testé.

Afterwork bioA 18h30, je retrouve mes amies au Pain Quotidien (24 rue de Charonne, 75011 Paris).

Au programme : des planches de charcuterie/fromages/légumes, du pain et des boissons (le tout bio évidemment), de la musique, de la bonne humeur et même des cadeaux (une pomme et un bon pour retirer un petit panier bio dans les enseignes Bio c’ Bon).

Assise en terrasse, avec la chaleur du printemps naissant, c’était le pied intégral. Beaucoup, beaucoup de monde était au RDV. Les tables débordaient partout dans la rue. Ce qui montre bien que le bio et les événements autour du bio attirent toujours plus de monde.

Afterwork bio

Bref, à refaire !

D’ailleurs, si vous souhaitez en être, la prochaine date est le 25 juin.

Mon conseil : venez tôt pour être sûr(e) d’avoir une place assise 😉

Plus d’informations sur les événements bio addict ici.

See U !

Natalia.

Crédit photos : Bio addict.