Et si on testait le shampoing Ultra Doux Trésors de Miel ?

Lors d’un séjour chez mes parents, j’ai retrouvé un shampoing et un après-shampoing que j’avais laissé pour éviter de les transporter pour un prochain séjour.

Il s’agit  de la gamme Ultra doux Trésors de miel de Garnier.

Je les ai soumis au décryptage d’étiquette, voici le résultat :

1. Les flacons

étiquette Recto :

JShampoing Tresor Miel Ultra DouxApres-Shampoing Tresor Miel Ultra Douxe trouve les flacons de la gamme attirants.

Une couleur miel, avec un dessin nid d’abeille et une grosse pastille indiquant le secret de leur soin reconstituant pour les cheveux : la gelée royale et le miel !

On ne peut pas le rater.

Je remarque aussi au bas du flacon une pastille « extrait naturel », la mention sans paraben. Plutôt une bonne nouvelle.

Les effets de ces produits sont adaptés aux cheveux fragiles, cassants et qui vont être grâce à ce soin, renforcés, protégés et nourris.

L’après-shampoing présente la même étiquette mais avec un effet démêlant en plus.

Étiquette verso :

L’étiquette indique que 3 trésors sont contenus dans le flacon pour une recette reconstituante spécialement conçue pour cheveux fragiles.

Shampoing Tresor Miel Ultra Doux

 

1. Gelée royale réparatrice, l’élixir revitalisant reconnu pour renforcer le cheveu dès la racine

2. Propolis protectrice, véritable ciment naturel, fabriqué par les abeilles, réputé pour ses vertus protectrices

3. Miel nourricier, nectar millénaire reconnu pour sa douceur et ses vertus nourrissantes

La promesse : « Mieux nourris, mieux protégés et réparés jusqu’aux pointes, vos cheveux sont renforcés. Plus résistants plus brillants, vraiment plus faciles à coiffer. Doux au toucher rayonnant de beauté ».

2. La liste INCI :

Shampoing :

Aqua, Sodium laureth sulfate, cocamidopropyl betaine, sodium lauryl sulfate, Glycol distearate, sodium chloride, Amodimethicone, CI 19140 / Yellow 5, CI 15985 / Yellow 6, Guar hydroxypropyltrimonium chloride, sodium benzoate, sodium hydroxide, PPG-5-Ceteth-20, Trideceth-6, Salicylic Acid, Mel / Honey, Limonene, Benzyl Alcohol, Benzyl salicylate, 2-Oleamido-1, 3-Octadecanediol, Propolis extract, Carbomer, Cetrimonium chloride, Citric Acid, Coumarin, Royal Jelly, Parfum/Fragrance.

Déjà on remarque que nos 3 ingrédients « trésors » ne sont pas présents en grande quantité contrairement à ce que laisse penser l’étiquette.

Vous vous rappelez les 5-6 premiers ingrédients composent environ 90% du produit !

1. Gelée royale : 27 ème position avant dernier ingrédient avant le parfum !

2. Propolis : 22ème position

3. Miel : 16ème position

On se rend bien compte par ce simple premier décryptage que les actifs si peu présents vont avoir peu d’effet.

Si on veut aller plus loin dans le décryptage de l’étiquette, on retrouve une composition assez classique des cosmétiques conventionnels : Lire la suite

Et si on testait le don de vers de compost ?

Quoi ? Le don de vers ? C’est quoi ce délire ?!

Oui, vous lisez bien.

En fait, début septembre, j’ai acheté un lombricomposteur d’occasion et j’avais donc besoin de vers pour le mettre en service. Ni une, ni deux, je suis allée sur internet voir comment trouver des vers de compost (notez qu’il s’agit de vers bien particuliers).

Trouver des vers de compost

Evidemment, j’ai trouvé une multitude de sites vendant ce type de vers. Par contre, j’ai moins ri quand j’ai vu les prix annoncés : en moyenne 25€ sans les frais de port pour 500g, l’idéal au démarrage pour une famille de 3/4 personnes.

Euuh allo ? Y a pas comme un soucis là ?!

J’ai ensuite regardé comment trouver des vers par moi-même. C’est possible mais… il faut soit avoir un jardin soit du fumier non loin de chez soi (explications ici). Je ne suis dans aucun de ces cas.

Dernière solution proposée : le site http://plus2vers.fr qui propose de mettre en relation donateurs et demandeurs de vers. Il fallait y penser ! Lire la suite

Et si on testait Chambelland une pâtisserie sans gluten ?

Un jour par hasard, je suis passée devant une boulangerie pâtisserie spécialisée dans le sans gluten dont je venais de voir une bonne critique à la TV dans une émission gastro : Chambelland, dans le village Popincourt, Paris 11ème.

J’ai eu envie de gouter ces fameux gâteaux d’un autre genre réalisés sans la farine de blé traditionnelle et plutôt avec des farines de riz ou de sarrasin naturellement sans gluten.

Petit mémo sur le gluten :

Le gluten c’est quoi ?

C’est une protéine naturellement présente dans le blé, l’orge, le seigle et l’épeautre.

Cette protéine est très utile pour lier les ingrédients et aider les pâtes à levure à gonfler. Autant vous dire que le gluten est très présent dans l’alimentation des français.

Mais certaines personnes développent une intolérance au gluten (ils sont toutefois une minorité). Les intolérants au gluten vont avoir du mal à le digérer. Cela peut provoquer chez eux des maux de ventre, des vomissements, de la diarrhée, etc.

On comprend alors que ces personnes s’abstiennent d’en manger.

Pourquoi les magazines n’arrêtent pas de parler des bénéfices du sans gluten pour tous ?

Il n’y a pas vraiment de réponse scientifique sur la question. La plupart des médecins recommandent toutefois aux non intolérants au gluten de ne pas changer de régime alimentaire car cela pourrait les conduire à des carences.

D’un autre côté, les personnes ayant testé le sans gluten disent se sentir mieux, surtout sur le plan digestif. Alors pourquoi pas ?

Lire la suite

Et si on testait 5 petits gestes ? #2

Comme je le disais ici, depuis quelques mois, j’essaie de trouver des petits gestes pour mieux consommer/créer moins de déchets/gâcher moins de ressources  etc.

Voici 5 nouveaux petits gestes faciles à appliquer au quotidien.

1 – Lingettes/cotons pour bébé :
lingettes bébé

Finis les consommables quotidiens pour nettoyer les fesses de bébé (ou même son visage) ! J’utilise des lingettes lavables en tissus depuis le début (21 mois). Vous pouvez en trouver de toute sorte sur internet (en bambou, coton, polaire…). D’ailleurs, j’avais lu qu’un plaid en polaire du type Ikea  à 2,50€ pouvait faire l’affaire. Il suffit de le découper en carrés de la taille désirée et le tour est joué ! La matière ne s’effiloche pas donc pas besoin de coutures.  Bref.
Les lingettes lavables ne sont pas du tout compliquées à utiliser. Les miennes sont hyper basiques en coton. Je stocke celles qui sont sales dans une petite boite en plastique dans laquelle je positionne un filet de lavage. Une fois par semaine environ, je sors le filet, le referme et direction la machine. Un petit nettoyage de la boite en plastique et ça repart. Je réalise une belle économie et surtout je ne consomme ni cotons (qui ont nécessité un traitement chimique) ni lingettes avec plein de trucs dessus et surtout non biodégradables. Des avis d’utilisatrices ici et .
Photo ©lilinappy.fr

2- Café :

Café écolo

Mon mari aime le bon café. A l’occasion du décès de notre Senséo, on a décidé de ne plus acheter de machines à dosettes. C’est tellement cher et peu écologique ! On ne voulait pas non plus de machine à filtre (encore des consommables !). A la place, on a acheté un percolateur pas cher sur LeBoncoin. Du coup, mon mari peut se faire plaisir sur le choix du café en allant dans une brûlerie acheter du café en vrac fraîchement moulu.
Un peu plus tard, on nous a offert une cafetière italienne. Vous savez ce truc en métal complètement rétro. Et bien ça marche super bien ! En matière d’écologie, c’est probablement l’idéal car si vous en achetez une de qualité, elle pourra durer des années voire toute la vie. Pas de pièces électriques = pas de panne !  CQDF. Hop un exemple ici.

3 – Thé :
 Thé en vrac

Moi, mon moment de plaisir c’est le matin avec ma grande tasse de thé. Et le soir aussi. Et un peu dans la journée. Bref, je suis une grande buveuse de thé. Pendant longtemps, j’ai pris du thé en sachet. Mais maintenant, j’achète du thé en vrac et utilise une boule ou pince à thé. Déjà, rien que le thé en vrac en boite du supermarché du coin coûte entre 30% et 40% moins cher au kilo comparé au même thé en sachets ! L’idéal reste les magasins spécialisées avec du vrai vrac. Là je ne suis pas sûre que ce soit moins cher. C’est mon étape d’après.

4 – Magazines :

magazines

Fût un temps où je consommais beaucoup beaucoup BEAUCOUP de magazines papier. Ca allait bien avec ma vie de superconsommatrice. Sauf que… Ils traînaient pendant des mois dans notre appartement ou au bureau, j’avais beau en donner, j’avais sans cesse cette impression de gâchis. Jusqu’au jour où tous mes abonnements sont arrivés à expiration et j’ai décidé de passer au numérique. J’ai donc essayé le site www.relay.com qui m’a définitivement convaincu. J’ai plusieurs fois eu des codes réduction pour acheter 10 magazines pour moins de 10€. Même ceux à 5€ comptaient comme 1 magazine ! Le gros avantage c’est qu’on peut les stocker sans que cela ne prenne de place chez soi. Je peux les emmener partout sans encombrement grâce à ma tablette. L’inconvénient c’est qu’ils sont moins agréable à lire. Mais finalement, vu toute la pub qu’il y a dedans et le nombre d’articles qui m’intéressent dans un numéro… je m’y retrouve. Et joie bonheur, depuis l’année dernière, j’ai découvert que la bibliothèque de ma ville avait un abonnement au site https://pro.lekiosk.com de sorte que ma carte d’adhérente me permet aujourd’hui de lire tous les magazines proposés gratuitement ! Renseignez-vous auprès de votre bibliothèque 😉

5 – Bain vs douche :

bain vs douche

Chez nous, la douche est reine avec un impératif : moins de 5 min. Perso, ma douche doit prendre environ 2 minutes. D’autant plus que je n’utilise plus des tonnes de produits comme avant. J’ai un savon pour le corps et un pour les cheveux. C’est tout. Ca va donc très vite. Pour mon mari c’est un peu plus difficile car il apprécie de prendre son temps, de se « réveiller sous la douche » comme il dit. Du coup, il a installé un minuteur. C’est très efficace 😛
Concernant les économies, différents chiffres circulent sur internet mais au global, prendre des douches plutôt que des bains c’est entre 150€ et 180€ d’économie sur l’année pour une personne (plus d’infos ici et  et encore ). Cela peut être plus si vous avez des équipements adaptés aux économies d’eau du type mitigeur, embout économiseur etc. Cela fait donc faire des économies en eau et en électricité, mais aussi cela engendre moins d’épuration des eaux usées (produits chimiques blablabla).

Ca vous parle tous ces petits gestes ? J’en ai plein d’autres en stock mais j’aimerais bien connaitre les vôtres 🙂

NATALIA.

Et si on testait les règles du défi « 40 pièces pour s’habiller » ?

J’en avais parlé ici, cet hiver sera pour moi vestimentairement minimaliste. En effet, avec 2 copines, nous nous sommes fixées comme défi de réduire nos garde-robes à 40 pièces que nous porterions durant 3 mois (novembre/décembre/janvier), et plus si affinités.

LESS IS MORE.

Alors pour tout vous dire, au début, je voulais être ultra ambitieuse et inclure beaucoup d’éléments dans ces 40 pièces comme les vêtements de sport, pyjamas, peignoir etc. Mais après une simulation de ce que cela représentait vraiment, j’ai vite compris que cela allait être mission impossible. N’est pas Bea Johnson qui veut. En tout cas, moi pas. Et puis le but de ce défi n’est pas de me frustrer ou de standardiser mon look à l’extrême. Le but de cette simplification de dressing est de passer moins de temps à laver, repasser et ranger et bien entendu d’apprendre à consommer moins mais mieux. Et tout cela en restant créative et fidèle à ma personnalité. L’expérience minimaliste s’annonce intéressante.

Donc, pour ne pas sauter d’étapes et regretter ensuite mes choix, j’ai décidé d’y aller plus doucement. En plus, je pense que mon mari n’apprécierait guère le jogging pour dormir histoire de caser un jean de plus dans mes 40 pièces 😛 Oui, j’ai la folie des jeans. Et des chaussures. Et des sacs. Bon, j’avoue, j’ai beaucoup de folies à ce niveau là !

Bref, j’ai tout mouliné dans ma tête et je partage avec vous aujourd’hui les règles de ce défi (roulement de tambours, ou plutôt tapotage de cintes :P)… Lire la suite

Et si on testait les gels douche bébé ?

Cette semaine je m’attaque aux gels douche pour bébé.

J’ai choisi de passer au décrypteur d’étiquettes 3 produits bébé qu’on trouve en pharmacie : Klorane, Bioderma et Mustela.

Honnêtement, je trouve que la liste des ingrédients est assez longue pour chacun des produits, et c’est un peu ennuyeux à lire.

Alors j’ai choisi de vous donner la liste INCI et de parler des ingrédients qui composent ces gels douche pour bébé et qui font débat auprès de la communauté scientifique.

Pour commencer, on relève pour les 3 gels douches, que l’ingrédient principal est de l’eau. Malheureusement, comme dans la majorité des cosmétiques conventionnels !

Et dans 2 d’entre eux, on retrouve aussi du Sodium Laureth Sulfate ou dérivé. C’est un tensio actif synthétique avec des effets irritants et desséchants (ingrédient utilisé couramment dans les gels douches puisqu’on aime que ça mousse !)

Gel douceur corps et cheveux de la gamme Bébé Klorane au Calendula protecteur :

Gel Klorane calendula protecteur bébé

Aqua, Sodium Laureth Sulfate, Ceteareth-60, Myristyl Glycol, Zinc Coceth Sulfate, Coco-Glucoside, Polysorbate 20, Methyl Gluceth-20, Calendula Officinalis Flower Extract, Coceth 3, Disodium EDTA, Parfum (Fragrance), Polysorbate 80, Propylene Glycol, Sodium Hydroxide.

La première chose qui m’a frappé à la lecture de cette liste, c’est que le Calendula n’arrive qu‘en 8ème position, or on sait que les 4 – 5 premiers ingrédients constituent la majorité du produit !

Lire la suite

Et si on testait les paniers bios ?

Après avoir essayé et validé la cueillette de fruits et légumes, j’ai voulu tester la commande de paniers bios d’un producteur local. Hé oui, on n’a pas toujours le temps d’aller cueillir. Là, en quelques clics, j’ai pu passer mes commandes directement auprès du maraîcher choisi. En l’occurrence Les Plaisirs du Jardin (http://www.panierbiocergy.com) situé à Cergy (95). Aucun intermédiaire donc 🙂

Présentation

Sur le site, une page est consacrée à la présentation de l’exploitation. Hyper complète, allant jusqu’à détailler combien de personnes y travaillent et de quelle manière tout est récolté, j’ai tout de suite été séduite.

Extraits :

Quand vous nous achetez un panier, vous faîtes plus qu’acheter des légumes bio, de saison et locaux. Vous contribuez également à la pérennité d’une ferme biologique, à dimension humaine, soucieuse de respecter un environnement préservé à 28 km de Paris.

Nous laissons naturellement certains insectes et gastéropodes (limaces, escargots (qui mangent les œufs des limaces)) « gambader » dans nos légumes. Leur population est nettement limitée par la présence de nos amis insectes auxiliaires (coccinelles, carabes,…), oiseaux et petits mammifères, en nombre suffisant pour bien s’alimenter. Des équilibres écologiques se créent et évitent ainsi l’arrivée de prédateurs bien plus dangereux : le terrain étant déjà occupé !

Nous n’accordons aucune importance aux calibres (dans une population, il existe naturellement des minces, des gros, des petits et des grands… et alors ? c’est cela aussi, la diversité).

Nous sommes de vrais petits producteurs. Nous n’épuisons pas les sols, nous ne mettons pas de produits chimiques, nous n’utilisons pas de serres chauffées, … nous ne fournissons pas “toujours plus”,… nous vous donnons ce que la nature peut fournir.

Pour lire le reste de la description, je vous invite à aller sur leur page.

Vous comprenez maintenant pourquoi je n’ai pas hésité !

La commande

Lire la suite

Et si on testait une recette de déodorant maison ?

Me voici de retour sur le sujet du déodorant, en effet après avoir testé quelques produits je n’étais toujours pas satisfaite.

Deodorant CoslysJ’ai donc poursuivi ma recherche en essayant le déodorant rechargeable COSLYS fraîcheur vitaminée. A l’intérieur du flacon 98,8% d’ingrédients naturels et 20% du total des ingrédients bio (*) :

Eau florale de reine des près*, poudre de riz, aloe vera*, argile blanche, parfum 100% d’origine naturelle, huiles essentielles d’orange et de citron*, actifs dermopurifiants.

Sauf que voilà efficacité 0 ! Pour faire simple, c’est comme si je ne mettais rien sous mes aisselles !

J’avais lu dans un magazine féminin qu’on pouvait utiliser du bicarbonate comme déodorant car il empêche les bactéries responsables des mauvaises odeurs, de se développer. Alors j’en appliquais en plus de mon déo COSLYS tous les matins. Plutôt efficace, mais ce n’était pas franchement pratique.

C’est alors que j’ai reçu un commentaire de Willeman sur mon article concernant les déo. Elle me donnait tout simplement la recette d’un déodorant maison qu’elle trouvait très efficace.
A mon tour j’ai téléchargé la recette. Ca avait l’air plutôt simple. Cette recette contient 5 ingrédients naturels et surtout ne contient pas de sel d’aluminium, ni d’alcool, ni d’autre substance pétrochimique ! Je fonce !

Les ingrédients pour un pot ou stick de 100 ml de déodorant :

Lire la suite

Et si on testait 5 petits gestes ? #1

Depuis quelques mois maintenant, j’essaie d’adapter ma consommation. Je cherche les petits gestes auxquels je ne pense pas spontanément à cause de mes habitudes.

Alors pourquoi en changer ? Principalement pour créer moins de déchets mais également moins de production inutile en amont source d’épuisement des ressources de notre planète et de pollution (sol, air, eau).

Ces nouveaux gestes, qui ont fait leur apparition dans ma vie et celle de ma petite famille, je les partage avec vous aujourd’hui.

1 – Les cotons :
Cotons

Finis ces petits consommables quotidiens pour me démaquiller ! Comme je vous l’expliquais ici, j’utilise des petits disques en tissus (coton ou microfibre, j’ai plusieurs sortes). Je réalise une économie et je ne consomme plus de de coton qui a nécessité un traitement chimique. Il parait qu’on peut aussi se démaquiller aux doigts mais je n’ai pas trouvé le bon soin pour cela car mes yeux n’ont pas aimé.

2- L’Eau:

eau

Jusqu’à peu, on ne buvait que de l’eau minérale ou filtrée dans notre carafe filtrante. Pour quel intérêt ? L’eau en bouteille a certes des minéraux mais je les retrouve dans mon alimentation. Quant à la carafe filtrante, après réflexion, je cherche encore son utilité. Pourquoi filtrer le calcaire source de calcium ? Maintenant, on met de l’eau du robinet dans une bouteille en verre. Et pour le goût de l’eau, je la mets au frigo et le tour est joué. J’aime même y ajouter quelques gouttes de citron.

3 – brumisateur d’eau :
spay

Quand il fait chaud, le réflexe est souvent de dégainer l’aérosol d’eau, notamment pour bébé. Après réflexion, une bouteille qui fait spray, réutilisable à l’infini, fait largement l’affaire. Certes , cela ne donne pas une petite brume mais le but est de rafraîchir non ?

4 – Pubs :

publicitésDepuis quelques mois, j’ai noté une recrudescence de publicités papier dans notre boite aux lettres. Jusqu’à peu, je faisais le tri, je regardais celles des enseignes chez qui je vais régulièrement mes courses, j’entourais les bonnes affaires et j’allais ensuite faire mes courses. Du coup, ça me prenait du temps, les prospectus traînaient dans notre salon des jours entiers et puis surtout, au final, cela gâchait beaucoup de papier.  Faisant régulièrement mes courses au drive (je vous en ai parlé ) et ne voulant plus perdre mon temps, j’ai décidé de mettre un autocollant « stop pub« . Simple et efficace. Et la cerise sur le gâteau c’est que je suis moins tentée par d’autres choses 🙂

5 – Sacs :

sacCombien, mais combien de fois je me suis retrouvée à la caisse sans sac car oublié dans le coffre de ma voiture ou chez moi ? A chaque fois, j’ai dû racheter un sac en caisse. Raaah c’est rageant. Maintenant, j’ai un sac en toile pliable dans mes 2-3 sacs à main du moment ! Je ne suis jamais prise au dépourvu.

Voilà pour ces 5 petits gestes tous simples. Le mois prochain, je partagerai d’autres gestes et encore et encore 🙂 J’espère en découvrir toujours plus pour améliorer mes habitudes de consommation et les transmettre à ma fille.

Et vous ? C’est quoi vos petits gestes ?

Natalia.

Et si on testait les petits pots Babybio ?

Cette semaine je suis de retour avec un test sur les aliments pour bébé et plus particulièrement les petits pots Babybio.

Ces petits pots sont assez faciles à se procurer, on les trouve dans les supermarchés, les magasins bio et sur des sites marchands. Trouvez le plus proche de chez vous en cliquant ici.

Babybio BoudoirsJ’ai commencé à tester leurs boudoirs quand mon bébé avait 8 mois.

A l’époque, je les avais choisis parce que la liste des ingrédients m’a paru plus saine par rapport aux autres boudoirs pour bébé disponibles en rayon.

En effet, l’ingrédient principal contrairement aux autres marques n’était pas le sucre mais la farine. Et au lieu d’utiliser du sucre blanc, leur recette utilise du sucre de canne (qui contrairement au sucre blanc, conserve toutes ses qualités nutritionnelles: riche en vitamine B et en minéraux). Et pour ne rien gâcher, ils sont parfumés à l’huile essentielle d’orange douce, c’est juste très bon. Autant dire que qualitativement Maman est contente et gustativement bébé aussi. Mon fils les adore !

Forte de cette première bonne impression, j’ai aussi testé les petits pots Babybio version plat pour le midi, fruits pour le goûter et purée de légumes pour le dîner.

J’ai bien aimé leur façon de mettre en avant les producteurs de légumes, fruits et viande. On peut ainsi proposer à bébé des produits régionaux français par exemple : canard fermier du Poitou, panais du Val de Loire, pomme d’aquitaine, etc. Petit bémol, certains ingrédients sont importés. Mais on peut souligner la transparence de Babybio qui annonce dans sa liste d’ingrédients l’origine de chaque produit.

On retrouve toujours des ingrédients naturels issus de l’agriculture biologique, sans sucre ajouté, sans lait, sans épaississant, sans sel ajouté. Si on prend l’exemple du petit pot « Pomme d’Aquitaine Myrtille », les ingrédients sont 100% fruits issus de l’agriculture biologique et avec le détail 80% pomme / 20% myrtille.

CE que nous en avons pensé de babybio avec bébé :

Lire la suite

Et si on testait le stick à lèvres karité & cire d’abeille Laino ?

Lundi soir, alors que je regardais l’amour est dans le pré (j’avoue ^^), j’ai attrapé le baume à lèvres que j’avais retrouvé 2 jours plus tôt et, machinalement, je me suis mise à en lire la composition.

OMG.

Mais qu’est-ce que c’est que cette chose ?

Je referme, je regarde le stick et j’essaie de me remémorer quand et dans quelles circonstances je l’ai acheté .

C’était, il me semble, au début de l’hiver dans une pharmacie parisienne. Il me revient que je faisais la queue aux caisses et que mon œil s’est arrêté sur le présentoir des baumes à lèvres. Après un examen des packagings d’environ  48 secondes et demi, je me décide pour ce stick Laino présentant fièrement les mentions « Le soin naturel », « Pro intense », « karité & cire d’abeille » et « 0% Paraben – 0% Phenoxyethanol ». Un bon programme. A l’époque, je ne décryptais pas encore les étiquettes comme je le fais maintenant. Je n’ai donc jugé le produit que sur son emballage.

Laino

Lundi, j’ouvre le stick et je découvre avec effroi cette liste INCI : Lire la suite

Et si on testait la crème solaire Bioregena ?

Comme beaucoup d’entre vous, je prépare mes vacances en famille. Fin août direction la plage !
Je me suis intéressée à un indispensable dans ma valise : la crème solaire.

Si vous nous suivez depuis quelques temps vous l’aurez compris il n’est plus question pour moi de me rendre à la pharmacie pour acheter la crème que le pharmacien va me proposer.

J’ai donc commencé à potasser mon sujet, et j’ai découvert qu’il existe deux types de protections solaires : les filtres chimiques et les filtres minéraux.

Quelle différence entre ces crèmes solaires ?

La différence entre les deux outre leur origine, vient de leur mode de protection contre les UVA et UVB.

  • Les filtres chimiques pénètrent dans la peau et réagissent avec elle face aux rayons du soleil en absorbant et transformant ces rayons en chaleur pour les neutraliser. Cette absorption n’est pas sans conséquence puisque  l’on observe des risques de réactions cutanées ou encore des modifications de l’équilibre hormonal chez l’Homme.
  • Les filtres minéraux qui réfléchissent les rayons du soleil, créant une véritable barrière protectrice en empêchant les rayons du soleil de pénétrer la peau.

Partant de là, c’est sans surprise que j’ai choisi une crème solaire avec filtre minéral.

J’ai consulté mon guide des Meilleurs Cosmétiques 2015-2016 et j’ai choisi la Crème solaire Bioregena classée N°2 (j’ai éliminé d’office la n°1 d’Etat Pur car une amie l’avait achetée puis rapportée car elle était trop pâteuse et extrêmement difficile à étaler).

J’avoue que cela n’a pas été simple de se la procurer, aucun magasin à proximité de chez moi ne la vendait et j’ai donc passé une commande sur internet, je n’ai pas pu éviter les frais de port :-(.

Ce que j’ai pensé de la crème solaire Bioregena :

Les + :

  • Protection 100% naturelle contre les UVA et UVB à base d’oxyde de zinc et de dioxyde de titane (origine minérale)
  • Texture un peu épaisse mais qui reste agréable à étaler
  • Laisse la peau confortable, pas de sensation collante

Les - :

  • Le prix 28,90€ / 100 ml
  • Manque de clarté sur l’étiquetage, où j’ai repéré la mention [nano] correspondant aux nanoparticules. Le fabriquant garanti toutefois qu’il n’y a pas de nano dans le produit fini.

Creme solaire plageNous l’avons testé avec mon fils et n’avons pas eu de coup de soleil :-)

Il faut dire que je fais très attention avec lui, « tartinage » de crème solaire en règle, nous évitons les heures les plus chaudes (11h-16h), nous avons des chapeaux et lunettes de soleil et il a une combinaison anti-UV (beaucoup plus efficace que la crème solaire mais qui laisse quand même un peu de peau exposée, la crème solaire reste donc indispensable).

Bon à savoir pour une exposition au soleil :

  • Eviter de vous exposer entre 11h et 16h où le soleil est le plus violent
  • Renouveler la crème solaire toutes les 2 h ou après la baignade même si elle est résistante à l’eau
  • Respecter les dates de péremption sur les flacons
  • Tenez compte du délai d’action des filtres après application : immédiat pour un filtre minéral, 20 min pour un filtre chimique
  • Pour les enfants mieux vaut les équiper avec des T-shirts ou combinaisons anti-UV beaucoup plus efficace contre les UV.

A très bientôt pour un autre test !

Emilie.

Site de vente crème solaire Bioregena

Et si on testait un savon Maud Siegel

En ce moment, j’ai une obsession : trouver un savon qui fasse aussi shampoing, avec idéalement une composition simple, qualitative et sans huile de palme (même issue du développement durable).

Pourquoi cette obsession ? Parce que je me dis qu’avoir un seul produit pour tout le corps serait plus pratique au quotidien et en déplacement, cela permettrait de ne payer que de la matière active au lieu de payer une grande partie d’eau (et au passage d’économiser l’eau de la planète) et puis surtout cela générerait beaucoup moins de déchets et donc en amont de production d’emballages en plastique. C’est ce que fait Béa Johnson dont je vous ai parlé ici.

Dans mes recherches, je suis tombée sur des shampoings solides comme la Fleur de shampoing de Douce Nature. Mais après une lecture attentive de la composition, je l’ai trouvée bien compliquée pour un shampoing solide (qui ne fait pas savon d’ailleurs) et surtout pleine de tensio-actifs moyennement irritants donc pas suffisamment satisfaisante à mon goût.

D’ailleurs, le site Consoglobe met bien en garde :

Précaution Le Sodium Lauryl Sulfate (présent dans toute la gamme) peut être potentiellement allergène et peut dessécher et irriter la peau. Les produits contiennent quelques huiles essentielles.

Bref, je suis retournée à mes recherches et j’ai trouvé plusieurs alternatives correspondantes à mon cahier des charges, dont un savon multi-usage Maud Siegel (4,60€ sur internet).
Admirez ce joli packaging 😉 J’adore ! Lire la suite

Et si on testait la poudre compacte NATorigin ?

Ma poudre compacte Nude de Dior terminée, il n’était pas question pour moi d’en racheter une. En effet, j’ai repéré dans la liste INCI, de nombreux ingrédients synthétiques. Et certains ont retenus mon attention car ils font débat auprès de la communauté scientifique : acrylates (agents gonflants), phénoxyéthanol (conservateur très allergisant) et du BHT (antioxydant de synthèse hautement allergène).

Je suis donc partie à la recherche d’une poudre compacte naturelle de qualité. Et j’ai profité d’un séjour à Toulouse pour faire mon shopping ! Direction la Parapharmacie Lafayette où un large choix s’offrait à moi. (Cette parapharmacie est immense et ressemble plus à un supermarché de produits vendus en pharmacie sans ordonnance).

J’ai opté pour la poudre compacte NATorigin couleur 5 BIO beige.  Pourquoi ?

1. Elle avait une gamme de couleur plutôt claire qui s’adaptait mieux à mon teint.
2. Elle était au rayon des produits naturels et bio et affiche une composition 100% naturelle
3. Le prix 14,90€

Lire la suite

Et si on testait du shampoing au lait d’ânesse ?

Il y a quelques mois, je suis partie à la recherche d’un savon doux. De fil en aiguille, je me suis retrouvée en caisse avec 2 savons et un shampoing bios au lait d’ânesse du Laboratoire Paysane.

Aujourd’hui, c’est du shampoing dont je voudrais vous parler.

Shampoing lait d'ânesse Laboratoire Paysane

Ce qui m’a tout de suite séduite, c’est la quantité limitée d’ingrédients (7) et, à priori, doux pour le cuir chevelu.

Mais le sont-ils vraiment ? Regardons de plus près… Lire la suite

Et si on testait Mon livre de Recettes pour bébé de Jenny Carenco ?

Je pense que beaucoup de mamans soucieuses de bien nourrir bébé, se sont posées beaucoup de questions au moment de la diversification alimentaire.

Moi, j’ai religieusement suivi le livre de recettes pour bébé de Jenny Carenco, aux éditions Marabout (15,90€). Nouvelle version du livre parue en 2014, par ici.

Pourquoi j’adore ce livre de recettes pour bébé ?

Tout simplement parce que lorsque mon bébé est né, j’habitais au Canada et là bas, le suivi avec le pédiatre est beaucoup moins fréquent qu’en France. Alors, lorsque j’ai commencé à m’interroger sur la diversification : Quand commencer ? Comment procéder ? Comment donner envie à bébé de manger ? Ai-je le droit de lui donner des aromates ou condiments ? Car il est très important pour moi d’éduquer mon fils aux bonnes choses et développer son palais.

Y-a-t-il une alternative au baby cook dont tout le monde me parle ?

J’avais l’impression que très souvent on se contente de mélanger quelques légumes avec l’incontournable patate. Pas très fun les repas de bébé ! Et surtout, le goût il est où ?

Je suis donc partie à la recherche de réponses et d’inspiration culinaires. Je suis tombée par hasard chez le libraire sur Mon livre de Recettes pour Bébé. Ce jour là, lorsque je l’ai feuilleté, j’ai su que j’avais trouvé ce que je cherchais. Car au delà d’un livre de recette classique on a tous les conseils d’un pédiatre spécialiste de la nutrition, le Docteur Jean LALAU KERALY.

Non seulement ce livre présente des recettes super goûteuses, adaptées aux besoins de bébé en fonction de son âge :

  • à partir de 4 mois comptes et premières purées,
  • à partir de 6 mois déjeuners et premières douceurs,
  • à partir de 9 mois les premiers dîners et à partir de 12 mois les déjeuners et dîners de grands !

Mais il donne également à chaque étape des conseils pour une diversification réussie.

Très pratique, un tableau récapitule les aliments auxquels bébé a droit en fonction de son âge. Tableau aliments bébé

Et en fin de livre, une FAQ très riche sur toutes les questions que l’on peut se poser sur l’alimentation des bébés.

Lire la suite